Né à Bruxelles, Pierre Alechinsky entre à l’Ecole des Arts Décoratifs de Bruxelles en 1944, où il apprend la photographie, la typographie et l’illustration.

Lire la suite...

Il se mêle très vite au milieu de l’art belge en se liant d’amitié avec le critique d’art Jacques Putman et devient membre du Cobra, un collectif d’artistes basé à Copenhague, Bruxelles et Amsterdam. Au sein de ce collectif, il rencontre Karel Appel et Asger Jorn. Après la dissolution du Cobra, Alechinsky s’installe à Paris et perfectionne ses techniques de gravure à l’Atelier 17, avant de rencontrer Giacometti et Walasse Ting. Il s’inspire de la calligraphie orientale et peint à l’encre en représentant de grands signes issus de mouvements fluides durant les années 50, avant de s’initier à la peinture acrylique au contact de Walasse Ting dans les années 60. L’œuvre Central Park montre l’entrecroisement des influences d’Alechinsky (techniques orientales et bande-dessinée) en inaugurant une forme de composition à « remarques marginales », de petites vignettes entourant le dessin central. Alechinsky, marqué tôt par l’oeuvre d’Henri Michaux, continue d’entretenir des rapports étroits avec le domaine du livre, en illustrant notamment des œuvres de Butor, de Bonnefoy ou encore de Cioran. Il commence à enseigner à l’Ecole Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Paris en 1983 et continue de travailler actuellement à Bougival. Ses œuvres sont régulièrement exposées, montrant la diversité des techniques employées par l’artiste, qui maîtrise aussi bien la peinture, la gravure et même la sculpture. Il est reconnu pour ses expérimentations dans ces domaines, notamment pour son style de peinture atypique ou encore ses choix de matériaux insolites en ce qui concerne la gravure. Il a par exemple utilisé des plaques d’égoût en fonte et a toujours revendiqué la libération des protocoles artistiques.

Aucun produit ne correspond à votre sélection.