Né à Brühl en 1891, Max Ernst apprend le dessin et la peinture avec son père; il abandonne rapidement ses études de philosophie pour s’y consacrer.

Lire la suite...

Ses premières toiles, exposées à Berlin en 1913, montrent l’influence de l’expressionnisme et du cubisme. Engagé dans l’armée allemande durant la Première Guerre Mondiale, Ernst s’intéresse à certains mouvements protestataires, notamment antimilitaristes. Ainsi, après la Guerre, l’œuvre d’Ernst se rapproche du dadaïsme, et il fait paraître en 1920 un album de lithographies dadaïstes, Fiat modes pereat ars. La même année, il participe à l’exposition « Dada-Vorfrühling » à Cologne aux côtés de Hans Arp et Picabia, mais cette dernière est interdite par la police. En 1922, Ernst se rapproche de la communauté surréaliste à Paris, dont il devient une figure majeure grâce à ses expérimentations techniques (frottage, grattage, collage) et son imaginaire riche influencé à la fois par la peinture métaphysique, le folklore allemand et le réalisme fantastique. Il se lie d’amitié avec de nombreux artistes, notamment Paul Eluard ou Giacometti, ce qui le pousse à s’intéresser à la sculpture au début des années 30. A la suite de désaccords avec André Breton, Ernst quitte le groupe surréaliste en 1938, puis est contraint de fuir aux États-Unis en 1941 aux côtés de Peggy Guggenheim, son épouse. A New York, il rencontre Marcel Duchamp et Marc Chagall et expérimente avec de nouvelles techniques comme celle du dripping, célèbre grâce à l’œuvre de Jackson Pollock. Ernst revient en France dans les années 50, et y reste jusqu’à la fin de sa vie. Durant ces années en France, il continue de produire abondamment aux côtés de ses amis artistes, en illustrant par exemple des textes de Benjamin Peret (Mort aux vaches et au champ d’honneur, La brebis galante…). Après sa mort en 1976, Ernst continue de recevoir les honneurs de nombreux artistes et amateurs d’art qui louent la diversité et l’inventivité de son œuvre, dont les tableaux Après moi le sommeil ou Le Jardin de La France (Musée National d’Art Moderne, Paris) ou la sculpture Le Grand Assistant (Quartier de l’Horloge, Paris).

Afficher tous les 13 résultats

Max Ernst, Journal d’un Astronaute Millénaire

3 200 

Éd. Alexandre Iolas, Paris. Vol. 22 x 25 cm, à l’italienne, couverture à rabats avec une illustration et le titre en noir sur le 1er plat et au dos, 80 p. Nombreuses illustrations en noir et une en couleurs. Tirage : 55 + 15 H.C. tous avec en frontispice deux lithographies originales en couleurs numérotées et signées par Max Ernst + 1130 sans les lithographies.
Un des 55 exemplaires, numéroté avec les deux lithographies originales en couleurs, justifiées et signées

Surprises du hasard (Affiche) (1971)

120 

Affiche en lithographie en couleurs pour l’exposition « Surprises du hasard Ecritures » à la Galerie Alphonse Chave à Vence du 13 février au 12 Mars 1971.

Dimensions support : 67 x 47 cm

School for Pirats (Affiche) (1965)

130 

Affiche en lithographie en couleurs, sur Arches, imprimée par Mourlot. Pour l’exposition « Atelier Mourlot » à New York (S.L. A 12).

Dimensions support : 74,4 x 57,2 cm
Réf : Spies Leppien;A 12

Max Ernst, Sans titre. La forêt rose

1 300 

1964

Lithographie originale en 3 couleurs, sur vélin, signée et numérotée sur 75.

Dimensions sujet : 31,3 x 24,6 cm
Réf : S.L. 102 A

Max Ernst, Paroles peintes

1 000 

1962

Eau-forte et aquatinte originale en trois couleurs, sur Rives pour le livre « Paroles peintes ». Épreuve annotée « essai », tirée par G. Visat, signée par l’artiste au crayon.

Dimensions sujet : 20,7 x 15,9 cm
Dimensions support : 32.5 x 24.7 cm
Réf : S.L. 85

Max Ernst, Mort aux vaches et au champ d’honneur

6 500 

1953

Texte de Benjamin Peret.

Arcanes (Marcel Zerbib), Paris. Vol. 33,2 x 20,2 cm, broché, couv. grise avec le titre en rouge au premier plat, 120 pages, + la planche. Édition originale. Quatrième volume de la collection « Humour noir ».

Tirage : 50 sur vélin d’Arches, réimposés in-quarto avec un frontispice gravé par Max Ernst, signé au crayon + 4 imprimés au nom des bénéficiaires + 1000 + 100. Un des 50 exemplaires, numéroté avec le frontispice en gravure originale en couleurs, sur un feuillet volant, signée. (S.L. 34).

Réf : S.L. 34

Max Ernst, Les chiens ont soif (*/250)

2 500 

1964

Au Pont des Arts, Paris. Vol. 43,5 x 31,5 cm, couverture illustrée sur le premier plat, titre en noir au dos, emboîtage toilé beige avec le titre en noir au dos, 17 feuillets de 4 p. Édition originale, ornée de 2 eaux-fortes originales en couleurs, signées de Max Ernst (S.L. 98 II-III), tirées par G. Visat et de 25 lithographies en couleurs portées sur pierre et tirées par Mourlot après le bon à tirer de Max Ernst (S.L. A 9).

Tirage : 25 contenant un des dessins originaux, une eau-forte originale en couleurs sur Japon, signée et numérotée + 25 avec l’eau-forte signée et numérotée + 250 + 20 HC de collaborateurs, marqués de HC A à HC T ; tous sur vélin d’Arches. Un des 250 exemplaires, numéroté, bien complet des deux planches signées.

Réf : Spies Leppien 98 II -III

Max Ernst, Le miroir du merveilleux

2 500 

1962

Texte de Pierre Mabille.

Les Éditions de Minuit, Paris. Vol. 25,5 x 16,5 cm, broché, couverture avec le titre en noir et bleu sur le premier plat et au dos. 328 pages. Préface d’André Breton. Ouvrage comprenant 5 gravures originales en couleurs, en hors-texte de

Max Ernst (19,5 x 13,7 cm) (S.L.84)

Victor Brauner (17,8 x 10 cm)

Jacques Hérold (17,5 x 9,5 cm)

Wilfredo Lam (17,5 x 9,8 cm) (TR.6202)

Sebastan Matta (17,5 x 10 cm) (S.56)

Tirage de tête : 99 + XIX HC réservés aux collaborateurs. Les gravures ont été tirées par G. Visat. Un des 99 exemplaires, réimposé sur vélin pur fil Johannot, numéroté et signé par les cinq artistes.

Max Ernst, La mort d’un arbre

400 

1974

Alice éditions, Milan. Vol. 28,5 x 36,5 cm, couverture blanche avec le titre en bleu et une illustration de Folon en couleurs sur le premier plat, titre au dos en bleu, 76 p. Edition originale illustrée d’une lithographie originale en couleurs à pleine page de Max Ernst, signée dans la planche, en forme de préface pour le texte et les 24 aquarelles en couleurs de Folon.

Tirage : 3500 exemplaires numérotés. Un des 3500 exemplaires, numéroté avec une dédicace de Jean-Michel Folon, datée 1975 et signée.

Dimensions support : 36,5 x 28,5 cm

Max Ernst, La brebis galante

5 000 

1949

Texte de Benjamin Peret.

Éditions Premières, Paris. Vol. 24 x 19 cm, couverture illustrée d’une lithographie originale, rempliée. Page de titre et double frontispice en gravure originale en couleurs, 124 pages. Premier ouvrage de la collection GBMZ. Le texte en édition originale est accompagné de 21 dessins en hors-texte, rehaussés en couleurs au pochoir et d’un cul-de-lampe, Max Ernst a aussi composé les lettrines.

Tirage : 1 sur vieux Japon signé par l’auteur, comportant 3 pages manuscrites du texte, un cuivre, 2 dessins et 3 eaux-fortes originales + XV sur vélin Montval, signés par l’auteur, comportant 3 eaux-fortes originales et un dessin + 300 avec 3 eaux-fortes originales + 5 nominatifs marqués de A à E ainsi que quelques HC. Un des 300 exemplaires, numéroté.

Réf : S & L 28

La ballade du soldat (Affiche) (1972)

25 

Affiche en lithographie en couleurs, pour l’exposition du livre illustré par Max Ernst, « La Ballade du soldat » de Ribemont Dessaignes, éd. Pierre Chave à la Galerie Berggruen du 20 septembre au 21 octobre 1972.

Dimensions support : 77 x 42,8 cm

Max Ernst, L’oiseau caramel

3 750 

1969

Texte de Robert Lebel.

Le Soleil Noir, Paris. Vol. 42 x 31 cm. Tirage de tête : 150 + 150 (série club). Un des 150 exemplaires du tirage en premier papier, les seuls contenant, dans un « emboîtage-tableau », trois estampes de Marx Ernst constituées à la fois par le tirage d’une lithographie et par celui d’une eau-forte, les trois planches étant justifiées et signées.

Max Ernst, Chanson pour l’immobile

2 500 

1957

Eau-forte originale en noir, sur papier vergé, signée au crayon en bas à droite. frontispice pour l’ouvrage de Gaston Puel « Chanson pour l’immobile ».

Dimensions sujet : 3,1 x 3 cm
Dimensions support : 9 x 8.5 cm
Réf : S.L.69, PAB 301