Alberto Giacometti (1901-1966)

Né à Borgonovo (Suisse) en 1901, Alberto Giacometti commence à peindre très tôt sous le regard de son père Giovanni, un artiste impressionniste très apprécié de ses pairs.

Lire la suite...
Lorsqu’il arrive à Paris en 1922, le jeune Alberto fréquente l’Académie de la Grande Chaumière et travaille à l’atelier du sculpteur Antoine Bourdelle. Après un bref passage par le cubisme, il s’initie à l’eau-forte dans l’atelier de Hayter et rejoint le mouvement surréaliste au début des années trente. Aux côtés de Joan Miro, Jean Arp ou encore Salvador Dali, il expose plusieurs « objets à fonctionnement symbolique » dont la fameuse Boule suspendue (1930).

Passionné par la représentation de la figure humaine, Giacometti quitte bientôt l’onirisme du mouvement d’André Breton pour développer un style plus personnel, caractérisé par des figures filiformes réduites à l’essentiel, telles que la sculpture L’Homme qui marche (1947). A travers des médiums divers (peinture, sculpture, lithographie, stylo-bille…), l’artiste travaille avec acharnement à traduire ce qu’il voit et ressent chez chacun de ses modèles, se focalisant en particulier sur les expressions du visage. A la fin de sa vie, la maniabilité du crayon lithographique lui permet de saisir sur le vif la vie frémissante qui l’entoure, dans un Paris qui se modernise. En 1969, le recueil Paris sans fin, qui paraît à titre posthume, comprend 150 lithographies non signées, ainsi qu’un texte de la main de l’artiste.

Afficher tous les 7 résultats