Joan Miro (1893 – 1983) 

 

Né à Barcelone, Miro entre à l’Ecole des Beaux-Arts de sa ville en 1907. Coincé à la ferme de Montroig à partir de 1911 pour cause de convalescence, Miro en profite pour se consacrer à la peinture. Une fois rétabli, il visite les expositions de l’avant-garde française et son œuvre s’en trouve profondément marquée, notamment par les esthétique cubistes et fauvistes. Il part s’installer à Paris en 1920 et se lie d’amitié avec Picasso et André Masson, se rapproche des dadas et adhère au surréalisme. S’en suit des travaux particulièrement remarquables pour leur onirisme teinté d’humour, comme Le Dialogue des Insectes (1924) ou encore Chien aboyant à la Lune (1926). Dans les années 30, Miro réalise ses premières lithographies, puis il retourne à Barcelone et expérimente dans un nouveau style plus abrupt : à l’aide de divers matériaux, il produit des sculptures et ses œuvres témoignent de son inquiétude pour l’Espagne, notamment l’affiche « Aidez l’Espagne » réalisée en 1937. Il est contraint de s’expatrier en France durant la guerre d’Espagne, où il réalise la série Les Constellations à la gouache. Lors de son séjour aux Etats-Unis à la fin des années 40, il s’essaie à la peinture monumentale, puis s’oriente vers la « peinture spontanée », composée de d’éclaboussures et de tâches, appuyée sur des jeux d’opacité et de textures, comme Le Mur du Soleil. Il peint la série Bleu en 1961 et reçoit de nombreuses commandes, comme celle pour le bâtiment de l’UNESCO à Paris. Il s’intéresse aussi à la céramique et la sculpture de marbre et de bronze, en se servant d’objets récupérés comme pour l’Horloge du Vent réalisée en 1967. Ses peintures, sous l’influence des maîtres américains, s’agrandissent et tendent vers l’abstraction ; son œuvre devient donc plus dépouillée au fil des années mais reste marquée par son onirisme et sa rigueur. En 1976, la Fondation Miro est inaugurée dans sa ville natale, honorant son travail et sa créativité. Ses dernières œuvres sont des statues gigantesques, notamment celle de Barcelone, datée de 1982. Il meurt à Majorque en 1983. 

 

Affichage des produits 1–16 sur 20

Joan Miro, La Rame et La Roue

12 500 

1960

Éd. Jean Hugues, Paris. Vol. 19,3 x 14,4 cm, broché, couverture crème avec le titre en noir sur le 1er plat, 38 p. Édition originale illustrée d’une lithographie originale en couleurs en frontispice de Miro (M. 205), tirée par Mourlot. Tirage : 25 avec la planche en trois états + 50 avec la lithographie, justifiée et signée + un tirage courant de 300 ; tous sur Arches.

Joan Miro, 13 mai 1962

6 500 

PAB, Alès. Vol 28,8 x 23,1 cm, en feuilles, couverture blanche à petits rabats avec le titre imprimé en noir au premier plat, 24 p. en 6 feuillets doubles.

Édition originale de ces différents textes en hommage à G.Braque, publiés à l’occasion de son 80è anniversaire, par P.A.Benoit, E.Boissonas, J.Dupin, J.Leymarie ainsi que « A Braque » de René Char qui sera repris sous le titre « Octantaine de Braque » .

Ouvrage illustré d’une photographie originale signée de Mariette Lachaud (portrait de Braque), d’une gravure de Raoul Ubac signée et d’une aquatinte en couleurs de Miro.

Joan Miro, Un jour entier

4 500 

1960

PAB, Alès. Vol. 22 x 22,5 cm, couverture rempliée avec le titre en noir sur le 1er plat, 3 cahiers de 8 p. dont 2 encartés. Textes de René Char, Jacques Dupin, Henri Mathieu, Pierre-André Benoit, Maryse Lafont (PAB 378). En frontispice, une gravure originale en noir, signée de Miro (C. 64).

Tirage : 54 + VI avec une épreuve sur papier maculé verdâtre, signée au crayon. Un des 54 exemplaires, justifié, signé par l’éditeur à la justification, bien complet de la gravure signée.

Réf : Cramer;64 – Benoit Pierre-André;378

Joan Miro, Ruban

5 000 

1981

Texte de Michel Leiris.

L’Ire des Vents, Châteauroux. Vol. 32,2 x 21,5 cm, en feuilles, couverture vélin d’Arches recouverte de papier d’Auvergne à rabats. Édition originale illustrée en frontispice d’une eau-forte et aquatinte en couleurs signée de Joan Miro et numérotée (D.1172)(C.250).

Tirage : 130 + XXV. Un des 130 exemplaires, numéroté.

 

Joan Miro, Lithographie III

3 000 

1930

Lithographie originale en noir, sur vélin d’Arches. Épreuve d’artiste signée, d’un tirage à 50, édité en 1973

Dimensions sujet : 30,5 x 21,3 cm
Dimensions support : 56.5 x 45.2 cm
Réf : M. 1b TOME VI

Joan Miro, L’arbre des voyageurs

6 000 

1930

Texte de Tristan Tzara. Edition de La Montagne, Paris. Vol. 25,7 x 17,1 cm, broché, couverture rempliée de vélin d’Arches, titre et vignette au premier plat, titre en long au dos, 104 p. + 4 planches. Édition originale illustrée de 4 lithographies originales à pleine page (Mourlot 2 à 5) ; premier ouvrage illustré de lithographies (C. 1).

Tirage : 1 sur vieux Japon avec le manuscrit et les planches en noir et en brun + 10 sur Japon impérial + 25 sur Hollande + 65 sur Arches ; tous avec les 4 lithographies + 400 sans les planches. Un des 65 exemplaires, numéroté et signé par Tzara et Miro.

Dimensions support : 25,7 x 17,1 cm
Réf : Cramer;1

Joan Miro, Je travaille comme un jardinier

3 500 

1963

Mourlot, Paris. Vol. 42 x 33,8 cm, en feuilles, couverture en papier d’Auvergne, illustrée d’une lithographie originale en couleurs sur le premier plat, emboîtage en carton illustré d’une lithographie originale en bleu sur les plats et le dos. avant-propos d’Yvon Taillandier, les propos de Miro ont été recueillis en janvier 1959 par Y. Taillandier pour la revue XXe siècle. Illustré de 7 lithographies originales en couleurs en hors-texte, imprimées par Mourlot.

Tirage : 15 sur Japon nacré + V, tous avec une suite des 9 lithographies originales de Miro (8 sur Japon nacré), signées et numérotées + 25  avec la suite des 9 lithographies (8 sur vélin de Rives), signées et numérotées + V H.C. sur Rives avec la suite des 9 lithographies (8 sur vélin de Rives) signées et n°; les épreuves de la suite se trouvent dans la lithographie en bleu pliée en deux, elle est toujours imprimée sur Van Gelder, signée au crayon et justifiée au verso + 75 sur Rives + XX H.C sur Rives. Tous les exemplaires sont signés au crayon par l’artiste. Un des 75 exemplaires numérotés et signés par Miro.

Joan Miro, Je n’ai jamais appris à écrire ou les incipit

5 000 

1969

Albert Skira Collection Les Sentiers de la création, Genève. Vol. 28,7 x 23 cm, en feuilles, couverture blanche rempliée avec le titre imprimé en noir sur le premier plat, chemise et étui, 168 p. Édition originale illustrée d’une eau-forte et aquatinte en couleurs, signée et numérotée sur 175, sur un feuillet. Nombreuses reproductions d’œuvres de différents artistes. (C. 129).

Tirage : 175 + XXV HC ; tous sur Arches + 2000 de l’édition courante sans la gravure. Un des 175 exemplaires, numéroté, bien complet de la gravure de Miro signée et numérotée

Réf : Cramer;129

Joan Miro, In L’enfance d’Ubu (Pl. VII)

3 000 

1975

Lithographie originale en couleurs sur vélin d’Arches, signée et notée E.A.

Planche VII de l’album « L’enfance d’Ubu ».

Tirage : 120 + XX.

Dimensions sujet : 28,2 x 43,3 cm
Dimensions support : 32.3 x 50.2 cm
Réf : M. 1007

Joan Miro, In L’enfance d’Ubu, Pl.VIII

4 000 

1975

Lithographie originale en couleurs, sur Vélin d’Arches (32,3 x 50,2 cm), signée et numérotée sur XX. Planche VIII de l’album « L’enfance d’Ubu ».

Tirage : 120 + XX.

Réf : Mourlot;1008

Joan Miro, in L’enfance d’Ubu, Pl.V

4 500 

1975

Lithographie originale en couleurs, sur Vélin d’Arches (32,3 x 50,2 cm), signée et numérotée sur XX. Planche V de l’album « L’enfance d’Ubu ».

Tirage : 120 + XX.

Réf : Mourlot;1005

Joan Miro, L’enfance d’Ubu Pl. XX

5 000 

1975

Lithographie originale en couleurs, sur Vélin d’Arches (32,3 x 50,2 cm), signée et numérotée sur XX. Planche XX de l’album « L’enfance d’Ubu ».

Tirage : 120 + XX.

Réf : Mourlot;1020

Joan Miro, L’enfance d’Ubu Pl. XVIII

4 000 

1975

Lithographie originale en couleurs, sur Vélin d’Arches (32,3 x 50,2 cm), signée et numérotée sur XX. Planche XVIII de l’album « L’enfance d’Ubu ».

Tirage : 120 + XX

Réf : Mourlot;1018

Joan Miro, In L’enfance d’Ubu Pl. XII

4 500 

1975

Lithographie originale en couleurs, sur Vélin d’Arches (32,3 x 50,2 cm), signée et numérotée sur XX. Planche XII de l’album « L’enfance d’Ubu ».

Tirage : 120 + XX.

Réf : Mourlot;1012

Joan Miro, Il était une petite pie

7 000 

1928

Paris, Jeanne Bucher. Vol. 32,5 x 25 cm, en feuilles sous album de toile gris-beige, illustré en noir et vert, avec attaches en toile noire, 38 pages soit 1 pour la couverture puis 8 pochoirs avec remarques imprimées au bas avec en regard 9 pages de textes puis une pour l’achevé d’imprimer ; « 7 chansons et 3 chansons pour Hyacinthe avec 8 dessin de Miró ». Emboîtage Mercher, dos marocain noir titre or. Ouvrage dédié « à Georges Auric » ; c’est le premier livre illustré par Miró. La technique utilisée est celle du pochoir en couleurs (réalisé par le maitre coloriste Saudé), l’écriture est de Lise Deharme.

Tirage : 20 sur Japon de 1 à 20, contresignés par l’artiste et l’auteur + 280 sur Arches de 21 à 300. Un des 280 exemplaires, numéroté.

Joan Miro, Hommage à Tériade

250 

1973

CNAC, Paris. Vol. 66 x 24 cm, couverture illustrée de Laurens « Les Idylles », 158 p. Monographie très complète sur l’éditeur de livres d’artistes ainsi que sur la revue Verve. Cet ouvrage comporte, en frontispice, une lithographie originale en couleurs de Miro « Jardin au clair de lune », imprimée par Mourlot (M. 896)( C. 168). Ce catalogue a été édité à l’occasion de l’exposition « Hommage à Tériade » au Grand Palais du 16 mai au 3 septembre 1973.

Réf : Mourlot 896 – Cramer 168